Rechercher

La banquise s'épuise...

Mis à jour : 18 oct. 2020

Les scientifiques l'annoncent depuis bien longtemps, le changement climatique aura probablement des conséquences désastreuses, notamment provoquées par la hausse du niveau des mers ou l'intensification des tempêtes. Une étude récente s'est aventurée dans le calcul de l'addition, et elle est plutôt salée.

L'Arctique voit sa banquise fondre et ses terres recouvertes de neige se faire de plus en plus rares, le continent polaire troque son manteau blanc contre une couleur plus sombre, ce qui entraîne une plus grande absorption de la chaleur du soleil. En outre, la vaste étendue de pergélisol sur laquelle repose l'Arctique a également commencé à fondre, libérant au passage davantage de gaz à effet de serre comme le carbone ou le méthane. En Arctique, ces rétroactions, dues au changement climatique, ne font qu'accélérer le réchauffement du climat.

En Arctique, le réchauffement climatique est deux fois plus rapide que la moyenne mondiale. La banquise est en déclin depuis les années 1990. En 30 ans, son retrait a exposé plus de 2,5 millions de kilomètres carrés d'océan. L'océan absorbant plus facilement la chaleur, cela entraîne une diminution de l'albédo terrestre, le facteur de réflexion de la Terre. Ce phénomène baptisé rétroaction albédo-glace est un type de rétroaction positive.

Fonte accélérée des glaces de l'Antarctique.

Selon beaucoup de scientifiques, la montée des eaux serait bientôt une menace pour les grandes villes côtières. Le pôle Sud a perdu près de 3.000 milliards de tonnes de glace entre 1992 et 2017, et la fonte ne fait que s’accélérer.



2 vues

Posts récents

Voir tout