Rechercher

L’Art Céléste

Mis à jour : 19 oct. 2020

Les aurores boréales (ou plutôt aurores polaires) consistent en un phénomène astronomique qui se manifeste sous forme de voiles lumineux dans le ciel, généralement aux pôles. Elles sont observables la nuit, sous un ciel sombre, ce qui justifie sans doute le caractère mythique qui leur a longtemps été attribué, inspirant entre autres de nombreuses légendes autochtones. Les aurores polaires fascinent l’imaginaire, et l’humain tente d’expliquer le phénomène depuis déjà quelques siècles. Certains peuples autochtones nordiques, dont les Inuits, leur attribuaient une valeur spirituelle ou encore les considéraient comme une révélation pour les chasseurs. On a également cru, jusqu’à il y a 70 ans, qu’il s’agissait de la réflexion du Soleil sur les glaces de l’Arctique et de l’Antarctique, mais cette hypothèse s’est avérée fausse. En fait, les aurores polaires sont l’expression de nombreuses collisions de particules chargées provenant du vent solaire et de celles de la haute atmosphère terrestre, sous l’influence du champ magnétique terrestre (hypothèse un peu plus plate, mais surtout plus complexe).

D’abord, pour faire court, le vent solaire consiste en un flux de particules provenant du plasma qui compose la couronne solaire. Le vent solaire provient donc de la couche la plus externe du Soleil, mais plus précisément, de la haute atmosphère solaire. Ce flux est composé de gaz ionisé (ayant une charge électrique), puisqu’il s’agit d’un plasma. Ainsi, le vent solaire est essentiellement constitué de particules chargées comme les protons et les électrons. La présence de ces particules est due à la très haute température de la couronne solaire qui peut dépasser les 1 000 000 K. Lorsque les molécules d’hydrogène et d’hélium qui compose le Soleil se retrouvent dans cette couche, elles subissent un réchauffement intense qui provoque l’ionisation des molécules, ce qui leur donne une charge électrique. De plus, la hausse de la température lors du passage des molécules de la chromosphère vers la couronne solaire induit une hausse de la vitesse d’agitation des particules, à un point tel que celles-ci peuvent se soustraire à l’attraction solaire (même principe que la gravité, mais appliqué au Soleil). Le vent solaire désigne donc ce flux de particules s’échappant du Soleil. Lors d’activité solaire intense, la quantité de particules éjectées par le Soleil se voit augmentée.


Le phénomène n'en reste pas moins spectaculaire, les chasseurs d'aurores boréales ont le privilège de voir ce merveilleux message du point de rencontre des éléments de la terre et du cosmos.



0 vue

Posts récents

Voir tout